dimanche 19 juin 2016

La Corrida de Langueux


Site – Tarif : 10€-17€
Parcours : Moyen. Quelques difficultés et le parcours n’est pas réputé pour être facile. Cependant, ce n’est pas non plus le plus dur que j’ai vu.
2ème étape du challenge breton
Temps réalisé : 50’19 minutes

Ce 18 juin 2016, ce déroulait un 10km très renommé et à domicile : La Corrida de Langueux. Une course que j’attendais depuis un an et qui, en plus, cette année, accueillait les championnats de France de 10 Km. Evidemment, j’étais dans la populaire mais le spectacle que nous ont offert les meilleurs français et les meilleures françaises a été magnifique et je les félicite ! (même s’ils ne verront jamais cet article ^^). Pour ma part, le spectacle que j’ai offert à ma famille venue me voir était pitoyable.
Ce qui prime, plusieurs heures après cette course, c’est l’incompréhension. L’incompréhension de voir son chrono réaugmenter de 2 minutes, revenir au niveau de mes premiers 10 km. Le parcours n’est pas le plus facile mais pas non plus le plus dur. De plus, j’ai la chance de le connaître parfaitement et donc de le maîtriser. La course est partie vite mais j’ai su réguler mon allure et ne pas trop me griller. De fait, au niveau tactique de course, pas d’erreur visible.
Deux points ont cependant pu jouer en ma défaveur : un stress extrême. Je me suis mis tellement de pression pour cette course que j’en ai rêvé toute la semaine. Mal dormi mais j’ai quand même fait de bonne nuit. Cependant, la veille et le jour même, j’ai moins bien dormi et surtout, j’étais une puce électrique. Certes, j’ai puisé dans mes réserves mais de là à perdre 2 minutes ? Peut-être… Certaines personnes m’ont dit que vu mon état de fatigue de base, ça avait dû jouer un plus grand rôle que je ne le pensais.
Le mental, la motivation. On ne saurait trop le répéter : C’est votre tête qui commande vos jambes. Une course, c’est 20% de physique, 80% de mental. Evidemment, cette phrase n’est pas à prendre dans le sens où : Je dis que je vais faire 40 minutes donc je vais le faire. Mais sans motivation, sans mental, si vous n’y croyez pas, vous n’y arriverez pas. Je visais mon record perso, mais j’aurais été satisfaite d’un petit 48 minutes. Dès le début, j’ai vu les gens de mon niveau partir, sans pour autant paniquer. Cependant, quand j’ai vu ma partenaire me lâcher, j’ai su que c’était foutu. Du moins, je me suis convaincue que c’était foutu. Et j’ai craqué. Totalement. Je me suis trop écoutée.

Au lendemain de cette course, le constat est donc amer, la déception prime et la colère contre soi est saillante. Mais je n’abandonne pas. Malgré ses échecs, il faut se souvenir que la course est avant tout un plaisir. Les échecs font mal mais ils nous apprennent aussi beaucoup de chose. J’ai deux mois et demi avant mon prochain 10. Deux mois pour me reposer, reprendre confiance en moi, et reprendre une deuxième saison d’athlétisme sur les chapeaux de roue !



Points positifs :
·         Excellente ambiance, beaucoup de spectateurs
·         Un joli T-Shirt d’offert même si c’est le même que l’année derrière et qu’il taille assez petit
·         Courir à domicile (même si ça n’est pas le cas de toute le monde ^^)
Points négatifs :
·         Rien de particulier sinon une augmentation des tarifs impressionnante

Avis global : Positif sur l’organisation mais très déçue de ma course

video video video

2 commentaires:

  1. Je pense que si tu fais ton maximum, tu n'as pas à être en colère contre toi, tu peux être fière de tout ce que tu fais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne c'est gentil =) C'est surtout la déception qui prime mais ça va s'améliorer...

      Supprimer